Drifting Orchestra

Spectacle musical immersif
Création La Cabane Aux Fées

Un voyage musical où la force du son amène public, musiciens et danseuses dans des territoires métamorphosés. Entre compositions et improvisations, création lumière et mouvement, le spectacle investit une scène unique, avec le public au centre du jeu.

La première étape du voyage de Drifting Orchestra a été présentée au Théâtre de Ménilmontant le 30 avril 2015. Une deuxième escale fut organisée le 31 mars 2017 à La Muse en Circuit lors d’une résidence.

Ce projet immersif est une création de Daniele Segre Amar Guaschino, Dayan Korolic et Valérie Marinho de Moura. La direction musicale est de Daniele Segre Amar Guaschino et Dayan Korolic. La production du spectacle, les vidéos et les visuels sont de Valérie Marinho de Moura.

Les musiciens de la formation sont Rishab Prasanna, François Merville, Max Mastella, Joseph Escribe, Daniele Guaschino et Dayan Korolic. Florence Huet, dresseuse de cerceaux sauvages nous a rejoint lors de notre résidence à La Muse En Circuit
es
https://www.facebook.com/events/353234211742153/

Drifting orchestra au théatre de Ménilemontant

Aujourd’hui les oeuvres acquièrent une dimension hybride, sans complexe vis à- vis de l’emploi d’éléments de provenances apparemment lointaines. Les frontières habituelles entre les genres artistiques sont constamment redessinées.
Les formes et les langages multiples deviennent des matières de travail et d’échanges privilégiés avec le public. Une nouvelle relation acteur-spectateur naît. Une relation sensorielle, immersive, intime, même dans la puissance.
Le projet Drifting Orchestra s’inscrit dans cette trajectoire sous une forme originale.

L’Ensemble et ses univers

L’ensemble Drifting* Orchestra navigue symboliquement sur un radeau dont il partage l’espace avec le public, emporté par la puissance du son qui est la source des directions et des mouvements.

Pendant le voyage, l’Ensemble descend la rivière en traversant des paysages changeants : ce sont les différents langages musicaux et les mondes sonores qui, tout au long du trajet, ouvrent des espaces d’exploration et permettent de nouveaux vécus.

Un electro-mambo dansant se métamorphose en une texture électronique issue de la musique spectrale, un raga indien permet de passer à des riffs rock hallucinés, des rythmiques du jazz contemporain se déploient à toute vitesse, amènent à des moments d’improvisation électro-instrumentale
imprévisibles pour arriver à des mélodies minimales à l’harmonie recherchée,
sans jamais perdre l’ancrage au son et à sa force.

Amenés par la même force sonore, des danseuses interviennent, ponctuellement, entre les musiciens et le public. Elles créent des nouvelles tensions et donnent des visions transfigurées d’un espace investi par une lumière sculptée et profondément liée aux matières sonores.

Les sonorités et leurs chemins

Au lieu d’imposer constamment des structures quantifiées, l’instrument électronique, dans Drifting Orchestra, sculpte la matière sonore en accentuant les particularités du jeu des autres instruments. Il est amplificateur des spécificités, évocateur de mondes apparemment éloignés,
sujet dialoguant. L’électronique est jouée en live, sans recourir à l’utilisation de longues séquences pré-produites, pour pouvoir dialoguer constamment avec chaque musicien. Sans s’enfermer dans des fonctions musicales imposées, elle permet de surprendre, de trouver des convergences inattendues et de fixer sans passer par l’écriture traditionnelle.

Les frontières entre sons électroniques, sons des instruments électriques et acoustiques sont mouvantes, parfois nettes et d’autres fois volontairement ambiguës : dans ce cas, chaque musicien peut se fondre au sein d’une même sonorité jusqu’à rendre méconnaissable, aux oreilles du public, son propre rôle.

Les instrumentistes électriques (basse et guitares) et acoustiques (bansuri, cavaquinho, batterie), travaillent aussi, constamment, sur leurs riches possibilités sonores, en les multipliant par l’utilisation de pédales d’effets ou de techniques instrumentales particulières.

Le son devient ainsi une matière vivante créée dans l’immédiat, et le véritable noyau originel de l’Ensemble.

Une rencontre de différents mondes musicaux qui
ne se conforme pas à la « musique du monde »

Les musiciens proviennent de mondes différents : musiques électroniques et contemporaines, musiques noise et électrique, jazz, groove, musique indienne classique. Pour jouer ensemble,
plutôt que suivre les sentiers souvent battus de la World Music - qui tendent à enfermer la particularité de chaque musicien dans des formes fixes dominantes – l’ensemble met en valeur chaque particularité et spécificité, en changeant le centre de perspective et en traçant des chemins inédits.

Tous les musiciens se reconnaissent, en effet, par une recherche sonore forte et personnelle, que ça soit dans les sons électroniques ou dans le jeu instrumental.

PNG - 84 ko
L’espace : la scène

Around avec Florence Huet dresseuse de cerceaux sauvages


Rishab Prasanna
Flûte bansuri


François Merville
Batterie


Max Mastella
Guitares


Joseph Escribe
Guitare électrique


Daniele Segre Amar
Electronique, composition, claviers, kalimba


Dayan Korolic
Basse électrique et composition
www.moonsonic.net

Romuald Lesné
Création lumière

Jean-François Domingues
Son et traitements


février 2018 - janvier 2019
Aucun événement

La Cabane aux fées
Musique, audio-visuel & spectacle vivant

Société coopérative
518 122 923 RCS Paris
APE 5911 C
N° license entrepreneur de spectacles 2-1083743